CAMP DE DRANCY
(Seine)

Dès la fin juin 1940, les bâtiments en fer à cheval de la Cité de la Muette, à DRANCY, ni terminés, ni habités, furent transformés en camp de prisonniers de guerre français puis en camp d'internement de civils britanniques et, à nouveau, de prisonniers de guerre et internés civils yougoslaves et grecs.

Le 20 août 1941, il devint le tristement célèbre CAMP D'INTERNEMENT DE DRANCY d'où près de 100 000 Juifs furent déportés.

Il fonctionna sous la double tutelle de la Préfecture de Police de Paris et de l'autorité allemande. Le commandant de DRANCY est le SS-Hauptsturmfuhrer Theodor DANNECKER puis, à partir de juillet 1942, son ancien adjoint Heinz RÔTHKE (1912-1966), tous deux chargés de la déportation des Juifs de France. Dans le courant de 1943, Alois BRUNNER en prendra la direction.

Jusqu'à cette époque, le camp comporte une véritable administration juive confiée à un chef de camp interné qui en organise le fonctionnement.

A partir de 1941, les internés, au bord de la famine, obtiennent l'autorisation de recevoir des colis de vivres par l'intermédiaire de l'U.G.I.F.

Le CAMP DE DRANCY a été libéré le 22 août 1944. Il s'y trouvait encore 1 386 internés dont 64 enfants.

Carte Postale d'un interné du 6-6-1942. L'avocat René KAHN avait été arrêté à Paris le 21 août 1941. Il est mort en déportation.

Mise Ó jour
15/07/2006