CAMP DES MILLES
(Bouches-du-Rhône)

Ouvert le 2 septembre 1939 dans une briqueterie désaffectée, le CAMP DES MILLES était le seul camp de rassemblement proprement dit de la 15e Région Militaire. Cette fonction cessa le 18 avril 1940, mais le camp fut rouvert dès le mois de mai pour y recevoir de nouveaux internés arrêtés à la suite de l'offensive allemande.

Le rapport d'inspection de DANNECKER de juillet 1942 apporte les précisions suivantes :

"Le camp est une ancienne briqueterie solidement construite. Les conditions sont plus mauvaises pour les Juifs que dans le camp juif de DRANCY près de PARIS. Des jouets et objets divers en bois sont fabriqués dans différents ateliers. Nombre d'internés : 1 306 Juifs. Parmi ceux-ci, on compte 781 anciens sujets allemands, 290 anciens sujets autrichiens, 92 anciens sujets polonais, 16 anciens sujets tchécoslovaques et 13 anciens sujets russes. En ce qui concerne les anciens sujets allemands, il s'agit presque uniquement d'individus déportés le 25-10-1940 du Pays de Bade et du Palatinat dans le cadre de l'Action BURCKEL. La majorité d'entre eux sont âgés de plus de 50 ans. Deux lieux de séjour surveillé pour femmes à MARSEILLE (Hôtel Bompard et Hôtel Terminus) relèvent également de la direction du camp des MILLES. S'y trouvent 361 juives dont 321 sont apatrides (159 ex-allemandes). 1 192 Juifs déportables."

Du 14 août au 9 septembre 1942, six convois à destination d'AUSCHWITZ partiront de DRANCY avec 5 991 Juifs dont 1 379 en provenance des MILLES.

Parmi les personnalités allemandes internées dans ce camp, il faut citer Lion FEUCHTWANGER (1884-1958) écrivain, auteur de "Le Juif Suss" en 1925 ; vivant en France depuis 1933, il parvint à gagner les Etats-Unis en 1940 ; Max ERNST (1891-1976) peintre ; Hans BELLMER (1902-1975) peintre.

Le 4 novembre 1942, les 217 internés qui se trouvent encore dans le CAMP DES MILLES sont transférés à l'Hôtel Bompard et à l'Hôtel Terminus à MARSEILLE, ainsi que dans le Camp des MEES (Alpes-Maritimes) et de celui de LA ROQUEBRUSSANE (Var).

Le camp est ensuite utilisé pour accueillir les Juifs raflés massivement le 23 janvier 1943 dans la région de MARSEILLE.

Enfin, le 15 mars 1943, la Wehrmacht emmène vers COMPIEGNE la trentaine d'internés qu'elle y trouve.

Lettre d'un interné juif du 13-9-1941 à destination de HOBOKEN (New-Jersey).

Mise Ó jour
15/07/2006