CENTRE DE SEJOUR SURVEILLE
DE POITIERS
(Vienne)

Ce camp fut ouvert le 1er octobre 1939 à l'est de POITIERS, Route de Limoges, pour héberger des réfugiés espagnols. Lors de l'invasion allemande, il se vide de ses occupants puis est rouvert fin 1940 sur ordre de la Feldkommandantur 677 de POITIERS pour l'internement d'environ 500 nomades.

A partir de juillet 1941, des Juifs des départements du Poitou et des Charentes y seront également internés avant leur transfert à DRANCY. Au 1er décembre 1941, l'effectif du camp était de 801 internés dont 368 Juifs. Après les transferts sur DRANCY, il ne restera que 13 Juifs et 459 Nomades au 1er octobre 1942.

Mais avec la nouvelle vague d'arrestation des Juifs, sans considération d'âge, opérée dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942 dans les départements de la Vienne, de la Charente, de la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de la Vendée, le camp se remplira à nouveau. Ainsi d'avril à décembre 1942, 1268 Juifs auront transité par POITIERS.

Au 31 décembre, il ne restait plus que 44 enfants. D'autres rafles viendront encore nourrir un effectif très fluctuant à cause des transferts.

C'est en janvier 1944 que le camp de la Route de Limoges deviendra CENTRE DE SEJOUR SURVEILLE. A cette époque, 300 femmes communistes y seront internées dans des conditions effroyables.

Entier postal expédié par une internée de POITIERS le 3-8-1944
à destination de QUELAINES (Mayenne).

Après plusieurs tentatives d'évasion dans le CAMP DE ROUILLE (Vienne), au cours du premier semestre 1944, et un coup de force perpétré par les F.F.I. le 11 juin, les Allemands exigèrent le transfert des 172 internés de ROUILLE vers le camp de la Route de Limoges, à POITIERS.

Quelques jours après, une centaine d'entre eux étaient dirigés vers un chantier de l'Organisation TODT.

Après les bombardements de POITIERS, dont celui du 1er août 1944, le camp sera évacué le 26 août 1944 et les internées mises à l'abri au Collège St-Joseph.

Mise jour
23/03/2008